Billets de lespetitoutsignent

    • Caroline Diaz
    • MIRABEAU
  • Gardons notre droit à instruire nos enfants en famille!

    Aujourd'hui, j’ai envie de pleurer, et je pleure…car il n’est jamais bon de s’en empêcher…
    Depuis le 2 octobre ou notre président a annoncé qu’il voulait mettre fin à nos droits à l’instruction en famille (ief), j’oscille entre « ce n’est pas possible, ça n’arrivera jamais » et « mais comment va t'on faire ? ».

    Nous sommes en ief depuis 5 ans avec mes 2 enfants extraordinaires, dans tous les sens du terme. Ils ont 13 et 7 ans.

    La route a été longue, nous avons tâtonné, essayé, expérimenté, nous avons cherché, nous nous sommes trompés, et tant mieux car, petit à petit, nous avons trouvé notre chemin, notre rythme.

    Nous avons trouvé notre équilibre.

    Mes émotions vont de la colère à la tristesse, de l’incompréhension à la détresse, du désir de me battre à l’envie de partir loin.

    Mes larmes coulent sur mes joues en écrivant, ce n’est pas confortable, je vois flou, vous connaissez peut-être ça…

    Et je m’interroge, les personnes qui prennent ces décisions, voient-elles bien clair ?
    Notre président connait il le monde de l’instruction en famille ? Y a-t-il déjà goûté ? A-t-il passé du temps avec une famille hors école ? A-t-il pris le temps de voir, de comprendre la manière dont se déroule notre quotidien ?
    A-t-il déjà connu les apprentissages autonomes, les apprentissages guidés par l’enfant, comme ils peuvent s’avérer passionnants et enrichissants pour l’enfant comme pour l’adulte ?
    Se doute t'il du nombre de découvertes, de curiosités qui découlent de cette manière d'apprendre?

    L'instruction en famille, c'est de la joie, des rires, des partages, des échanges, c'est du sport, de l'art, de la créativité, des inventions, du bricolage, c'est des maths, du français, de l'histoire, de la géographie, c'est des réflexions poussées sur certains sujets, dans certains domaines de prédilections parfois? c'est de l'accueil des émotions.
    C'est de la musique, de la danse, c'est des balades, des voyages, c'est des rencontres, des amis, des jeux, beaucoup de jeux!
    Les enfants apprennent tellement en...vivant!

    Pourquoi enlever tout ceci à ces 50 000 enfants ? Pourquoi les punir, eux et leurs parents ? Et les punir de quoi exactement ?

    Tout ça sous couvert de "séparatisme"?
    Quel est le rapport? Je vous le demande...
    L'instruction en famille est très règlementée, un contrôle de la mairie à lieu tous les deux ans et un de l'inspecteur académique, tous les ans.
    Si une quelconque dérive sectaire est présente, elle peut tout de suite être interceptée et je peux vous assurer que ce n'est pas en cherchant dans le domaine de l'école à la maison que sera réglé le problème du terrorisme.
    Quelle honte de tout mélanger ainsi.

    Je ne suis pas contre l'école de la république, bien au contraire, malgré que mon ainé y ai énormément souffert, l'école est un lieu d'épanouissement pour un grand nombre d'enfants, mais pas pour tous!
    Ma fille, elle, n'y est jamais allée et elle est tellement heureuse ainsi.

    Notre président à t'il pensé à tous ces enfants qui ne rentre pas dans le "moule"? Ils sont si nombreux...
    Tous ceux qui ont retrouvé le goût d'apprendre et de vivre en étant instruits à domicile, les enfants à haut potentiel, ceux avec des troubles dys, avec un tdah, ceux qui ont developpé une phobie scolaire, les enfants ou ados victimes de harcèlement...et tous ceux dont les parents ont fait ce choix par rapport à des valeurs de respect de l'enfant, de son rythme, de ses besoins, envies et émotions.

    Que vont devenir tous ces enfants?

    Vont ils devoir retourner à l'école? Vont ils devoir s'éteindre à petit feu parce qu'une poignée de personnes l'a décidé?

    Je me battrai contre ça, nous sommes nombreux, nous les parents mais aussi les enfants à ne pas vouloir nous laisser faire.

    De nombreuses associations font un travail gigantesque depuis longtemps mais encore plus depuis ces derniers jours.

    Je vous mets le lien de la pétition en ligne que je vous invite à signer et à partager.
    Nous avons quasiment atteind les 90 000 signatures à ce jour.
    A 100 000, elle sera publiée sur le site de l'assemblée, ce qui sera que mieux pour plaider notre cause.
    Pétition : Pour le maintien des droits à l'instruction en famille

    Cette loi est une atteinte gravissime aux droits de l'homme et de l'enfant, allez voir vos députés, sénateurs, faisons nous entendre, ensemble!
    Ci dessous des textes de lois :

    Textes internationaux et français

    « Les parents ont par priorité le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants. »
    Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, 1948, article 26-3.

    « Nul ne peut se voir refuser le droit à l’instruction. L’Etat, dans l’exercice des fonctions qu’il assumera dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement, respectera le droit des parents d’assurer cette éducation et cet enseignement conformément à leurs convictions religieuses et philosophiques. »
    Protocole additionnel à la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, 1952, article 2, protocole n°1.

    « La liberté de créer des établissements d’enseignement dans le respect des principes démocratiques, ainsi que le droit des parents d’assurer l’éducation et l’enseignement de leurs enfants conformément à leurs convictions religieuses, philosophiques et pédagogiques, sont respectés selon les lois nationales qui en régissent l’exercice. »
    Charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne, 2002, Article 14-3.

    « Les Etats parties reconnaissent le droit de l’enfant à l’éducation (…) »
    Convention internationale des droits de l’enfant, 1989, articles 28 et 29

    « Les Etats parties garantissent à l’enfant qui est capable de discernement le droit d’exprimer librement son opinion sur toute question l’intéressant, les opinions de l’enfant étant dûment prises en considération eu égard à son âge et à son degré de maturité. »
    Convention internationale des droits de l’enfant, 1989, Article 12-1


    « L‘instruction obligatoire peut être donnée soit dans les établissements ou écoles publics ou privés, soit dans les familles par les parents, ou l’un d’entre eux, ou toute personne de leur choix. »
    Article L.131-2 du Code de l’Éducation alinéa 1

    Merci pour votre soutien, demain, ce sera peut-être votre enfant, votre neveu, votre cousine, votre petit fils, la fille d'une amie qui aura besoin/envie d'une déscolarisation, que ce soit 1 mois, 6 mois, 1 an ou plus, aujourd'hui, c'est encore possible, si nous ne faisons rien, demain, ce droit n'existera plus et ce sera une catastrophe.

    Pour les enfants, les notres et ceux des autres, battons nous!